Born in Lebanon in 1963, Bardig is an artist, award winning photographer  and Instructor.  He has been living and working in Paris for over 30 years now. He is graduated from the “New York Institute of Photography” 1986.  

Bardig does not seek to record what is around him, but to re-present it, our world does not “look” like this. But it can seem like this. Whether we understand our surroundings through the distortions of artists or the distortions of our own pitifully inaccurate eyes, we know that things can very easily appear very different than they feel or seem to be.  

Bardig’s photography-based work captures images of cities and shows us an alternate vision, and covert meanings that usually lie just beneath the surface. The artist allows both reality and his own feelings toward it to reveal themselves with an unexpectedly poignancy. His process is both technological and poetic, showing the limits of the visible and the possibilities of seeing beyond it. A conceptual, emerging and futurist art. 




Galerie Courcelles

Dès le 4 décembre à la galerie Courcelles | Collective « AMERICAN DREAMS »

Dans l’univers du photographe Bardig.

Né au Liban en 1963 et basé à Paris depuis plus de 30 ans, Bardig est un artiste photographe diplômé en 1986 du « New-York Institute of Photography ».

Après un travail de plusieurs décennies réalisé sur le thème de l'Arménie, et du génocide des Arméniens, Bardig devient davantage un créateur visuel en explorant la ville. 

La photographie est son medium, mais il la perçoit et la pratique dans une approche plasticienne pour donner à découvrir une photographie en suspension, entre le figuratif et l’abstrait. 

C'est grâce au photomontage qu’il y parvient, et à partir d’éléments du réel, que la poésie de la photographie dévoile toute sa beauté pour nous envouter et nous entraîner dans un monde hors-norme, expérimentant les limites du visible et les possibilités de voir une tout autre réalité.

Vous l’aurez compris, photographie, graphisme et abstrait s’entremêlent dans le travail de Bardig, et ses compositions sont une expérience visuelle pour le moins étonnante.

Ombre et lumière, lignes colorées et courbes, nous plongent dans un univers insaisissable, nous donnant à voir autre chose que le sens premier donnés aux éléments photographiés, un sens caché.

Les lignes glissent, se tendent à l’infini, dansent, se substituent à notre regard, filent et s’envolent. Immobiles sur le tirage, et pourtant tellement mouvantes dans notre imaginaire. Que voit-on, si ce n’est une abstraction animée de la ville. Dans sa série « City lines », Bardig nous donne à voir des images de villes où le renouveau devient urgence et la modernité, porte-étendard.

Gourmand d’avant-garde et inspiré par le digital, ses photomontages le poussent dans une quête obsessionnelle vers une esthétique et des formes géométriques parfaites et sur la force émotionnelle et énergétique des couleurs et des lignes.

Son fil conducteur, c’est le mouvement. Il fait de ses clichés un jeu entre équilibre et symétrie des lignes. Les bâtiments qu’il photographie ne sont plus des lieux de vie mais deviennent de vraies tapisseries urbaines. Par son choix de géométrie particulière, de répétition des couleurs et des schémas, Bardig développe une certaine approche de la photographie architecturale.

S’il brouille les pistes de l’image réelle en appuyant les couleurs, en renforçant les lignes graphiques, en égarant avec des flous, c’est pour mieux partager son regard avec le public et installer quelque part entre les images et les spectateurs une résonance vitale forte et surprenante. Chaque cliché est l’occasion de s’interroger sur l’image, son essence, sa fonction et son message.


2023 - © Véronique ADRAÏ (All rights reserved/Tous droits réservés)
   


Les photos-poésies de Bardig Kouyoumdjian Bardig 

Kouyoumdjian est photographe, basé à Paris. Il est diplômé de The New York Institute of Photography. Après un travail de plusieurs décennies réalisé sur le thème de l'Arménie, et du génocide des Arméniens, Bardig explore avec la même sensibilité la ville. C'est grâce au traitement photographique effectué avec ses logiciels que la poésie de la photographie dévoile toute sa beauté pour nous envouter et nous entraîner dans un monde intérieur riche de sensations. L'Amérique d'est en ouest, l'Arménie, Paris, l'Europe en général, ont ici d'autres visages, d'autres couleurs, et d'autres formes.

Christine Siméone, publié le 26 décembre 2020 - France Inter    



Etonnant, pour ne pas dire jamais vu, ce travail peut cependant évoquer l’oeuvre générée par l’informatique naissante, réalisée dans les années 60 par le photographe allemand Hein Gravenhorst. Mais, loin des clichés cinétiques, motifs géométriques de ce dernier, Bardig lui, fort des avancées de la technologie, sa « photo manipulation » se joue du spectateur : un réalisme hypnotique et poétique de la ville, tout à la fois séquencée et démultipliée.  

Avec Bardig on est loin de l’art psychédélique, seul, comme d’aucuns ne manqueront pas de le souligner, un écho de l’univers fou de MC Escher. Bardig s’inscrit dans la modernité. A l’opposé de la « street photography » tendance actuelle, lui, mariant le classique et le moderne, questionne le rêve, l’âme, l’authenticité derrière l’effet esthétique.

Il faut entrer, entrer au coeur de l’image qui se doit d’être présentée dans les plus grandes dimensions possible. S’y noyer dans le tourbillon, les remous des détails infinis. Bardig fait chavirer, persistance rétinienne, mais limite de l’évanouissement…

Tout le monde mitraille le monde, par objectifs interposés, smart phone et vulgaire attitude. Alors, pourquoi la ville ne regarderait-elle pas tous ceux qui ne savent que voir, jamais regarder ? Les yeux dans les yeux. L’oeil est central… et donc au fond de la forme, au centre de ces compositions. Image mirage, bouclier, bijou, bille et pupille. Pupille, dilatant une autre profondeur. Vertige et déséquilibre. Mouvement hallucinant – spirales aspirantes- ; explosion de couleur, de lumière – certaines pièces étant à voir comme des vitraux ou des mandalas, choeur de l’âme- ; multiplication, diffraction. Homme tout petit, perdu et apeuré, ville tentaculaire et dominante. New York, Amsterdam et tant d’autres Babylone.  

Bardig aime citer la phrase de Georges Braque : « L’art est une blessure qui devient lumière » et pour parler de son travail nous prendrons celle de Paul Klee : « L’oeil suit les chemins qui lui ont été ménagés dans l’oeuvre. »
 

2018 - Patrick Le Fur - ARTENSION


LONDON FINE ART PHOTOGRAPHY AWARDS 2018  - PROFESSIONALS
2ND PLACE WINNER & NOMINEE

TOKYO INTERNATIONAL FOTO AWARDS 2017 - PROFESSIONALS
Honorable Mention

SOLO EXHIBITIONS (selection)

2023:
American Hospital of Paris

2016:
Pleins Feux - Ivry-sur-Seine - France

2007:
Le 148 - Alfortville - France

2005:
Shoah Memorial - Paris - France
Gallery Agbe & Gbalican - Paris - France
Gallery Côté Photo - Paris - France

2004:
Cultural Center St Mesrop - Paris - France
Le Kiosque - Paris - France
Cinema Lux - Cean - France

2002:
Pro Images Services - Paris - France

1999:
Hamazkayin - Montreal - Canada

1986:
Gallery Hamazkayin - Lebanon



GROUP EXHIBITIONS (selection)

2023:
Galerie Courcelles - ​Paris - France

2022:
Espace 24B - 75001 Paris

2022:
Atelier VÉ - 75006 PARIS

2022:
LILLE ART UP! - Gallery Vanaura

2021 - 2023:
Shoah Memorial - Drancy - France - (Traveling exhibition throughout France)

2021:
Le Génie de la Bastille - Paris - France

2017 / 18 / 19 / 20 / 21 / 22 / 23:
Gallery Vanaura - Versailles - France

2017:
Société Générale - Versailles - France

2015 / 2016:
Shoah Memorial - Paris - France - (Traveling exhibition throughout France)

2006:
Exhibition in the framework of the year of Armenia in France

2005:
Médiathèque - Alfortville - France

2003:
Le 148 - Alfortville - France

2000:
Gallery Graff - Paris - France

1987:
French Cultural Center in Lebanon

1986:
French Cultural Center in Lebanon